library online reading

Unе sеrvеusе аbаndоnnе sоn rераs роur un viеil hоmmе рuаnt еt mаl hаbillé еt vоit sоn раtron lа sеrrеr dаns sеs brаs

Natalie avait travaillé deux emplois pour pouvoir payer ses frais de scolarité. Elle assistait à des cours le matin et travaillait comme serveuse l’après-midi et concierge le soir. Un jour, épuisée après avoir nettoyé toute la nuit à cause d’un client indiscipliné à l’auberge où elle travaillait, elle décida de s’offrir un bon repas.

Après une matinée de cours, elle se dirigea vers la cafétéria pour déjeuner. Elle profita de son rabais employé et commanda un délicieux bol de pâtes, ce qu’elle ne faisait pas habituellement pour économiser de l’argent. Sa collègue, Mia, lui fit un clin d’œil en lui tendant le bol de pâtes, en lui disant qu’elle avait préparé une portion un peu plus grande pour elle. Reconnaissante, Natalie la remercia tout en essayant de discuter. Alors qu’elle s’apprêtait à commencer son repas, un vieil homme aux vêtements déchirés et à l’odeur désagréable entra dans la cafétéria. Les autres clients le regardèrent avec dégoût et se bouchèrent le nez. Une femme s’exclama à voix haute : «Cette odeur est insupportable !». Le vieil homme s’approcha

du comptoir et demanda s’il pouvait avoir quelque chose à manger et à boire. Le directeur s’approcha et le toisa avec mépris, lui demandant s’il avait de l’argent pour payer sa nourriture. Voyant la confusion sur le visage du vieil homme, le directeur déclara avec moquerie : «Évidemment, vous n’avez pas d’argent. Sortez d’ici. Vous dérangez nos clients avec votre odeur.» Natalie ressentit de la compassion pour le vieil homme. Il semblait faible, comme s’il n’avait pas mangé de repas décent depuis un moment. Avant qu’il ne quitte la cafétéria, elle s’approcha de lui et l’invita à s’asseoir à sa table. «Veuillez vous asseoir», lui dit-elle. L’homme s’assit en face d’elle et elle poussa son bol de pâtes vers lui. «Vous pouvez prendre mon déjeuner», dit Natalie. «Laissez-moi vous apporter une bouteille d’eau», ajouta-t-elle en se levant pour en acheter une au comptoir.

Elle pouvait sentir le regard désapprobateur de son manager sur son visage alors qu’elle se dirigeait vers le comptoir. Celui-ci lui demanda : «Pourquoi aides-tu cet homme malodorant ?» Natalie répondit : «Ma défunte grand-mère m’a enseigné que si je suis en mesure d’aider quelqu’un dans le besoin, je dois le faire. Je ne mourrai pas de faim si je ne termine pas ce bol de pâtes, mais cet homme a l’air affamé. S’il ne mange pas, qui sait combien de temps il faudra avant qu’il ne s’évanouisse ou ne tombe malade.» Natalie regarda l’homme dévorer la nourriture avec précipitation. À mi-chemin du repas, le propriétaire du restaurant arriva et interrogea le manager sur l’odeur. En un instant, le manager rejeta la faute sur Natalie.

«Cet SDF malodorant est entré. J’ai essayé de le chasser, mais Natalie lui a offert de déjeuner, et maintenant il est toujours là. Je suis désolé, monsieur, j’aurais dû l’éloigner plus fermement», expliqua-t-il. Le propriétaire se tourna vers le vieil homme, et ce qui se produisit ensuite stupéfia tout le monde dans le restaurant. Il courut vers l’homme et le prit dans ses bras avec force. «Papa !» s’exclama-t-il en pleurant. «Je te cherche depuis des semaines ! Où étais-tu ?» Le visage du manager pâlit. «Papa ?» Il réalisa qu’il avait commis une terrible erreur et commença à imaginer plusieurs scénarios dans sa tête. «J’étais perdu… et puis j’ai vu ce restaurant, et je savais que ça me semblait familier. J’avais raison !

C’était ton restaurant», expliqua l’homme âgé. «Cette jeune fille là-bas m’a aidé.» Il désigna Natalie. «Tout le monde essayait de me mettre dehors, même le manager, mais cette fille m’a demandé de m’asseoir et elle m’a donné sa nourriture.» Le propriétaire du restaurant ramena son père à la maison pour qu’il puisse se reposer et se rafraîchir. Après quelques heures, il retourna au restaurant alors que Natalie travaillait son quart de travail. Il l’appela dans son bureau et la remercia pour son geste. «J’ai toujours prié pour que Dieu me donne des employés comme vous, passionnés par leur travail et compatissants envers les autres. Merci d’avoir aidé mon père, même si vousne saviez pas qui il était…

J’ai décidé de vous promouvoir au poste de responsable du restaurant», déclara-t-il. «Je sais que vous êtes une étudiante qui travaille, alors j’ai augmenté votre salaire afin que vous n’ayez plus à cumuler deux emplois. Profitez de vos soirées pour vous reposer. Cela vous convient-il ?» Natalie fut submergée par l’émotion. Jongler entre les cours et ses deux emplois était un véritable défi, et l’opportunité d’en quitter un sans perdre d’argent était trop belle pour être vraie. «Voulez-vous vraiment faire cela pour moi, monsieur ?» demanda-t-elle à son patron. Ce dernier hocha la tête.

«Oui, je veux que vous ayez suffisamment de temps pour vous concentrer sur vos études. Vous ne pourrez pas le faire en travaillant deux emplois. Laissez tomber l’autre emploi et continuez à travailler vos heures normales ici, mais en tant que responsable. Vous le méritez.» Natalie était reconnaissante envers son patron pour cette promotion. Elle disposait désormais de plus de temps pour elle, ce qui lui permettait d’exceller à l’école

tout en appréciant son travail. Pendant ce temps, l’ancien manager apprit une leçon douloureuse lorsqu’il fut licencié de son poste. Le patron lui fit comprendre qu’il ne respectait pas les valeurs de l’entreprise en matière de comportement exemplaire. Il lui dit : «Dans ce restaurant, nous plaçons les valeurs au-dessus de tout. Nous accueillons tout le monde ici. Si vous ne pouvez pas respecter cela, vous n’êtes pas digne de travailler ici.»

Поделиться с друзьями
Рейтинг
( Пока оценок нет )